Pêche Mouche

Des nymphes casquées oui mais…

22 janvier 2016

Depuis maintenant de nombreuses années, les nymphes casquées sont devenues des références pour la pêche des salmonidés et bien d’autres poissons. La demande étant relativement forte, les fabricants ont développé une large gamme de tailles et de couleurs différentes.

fiche_montage_908etape_9La palette de matériaux constituant ces billes ou casques, s’est également agrandie avec l’arrivée du tungstène. Cette profusion de modèles permet aujourd’hui de contenter de nombreux monteurs, tant et si bien que l’on peut voir actuellement des boîtes de nymphes où il n’y a pas d’autre modèle présent. C’est sans aucun doute le résultat de leur très grande efficacité provenant de l’effet scintillant qu’elles émettent sous l’eau. C’est certainement aussi par la plus grande facilité qu’il y a de terminer un montage de nymphe avec une bille placée à l’avant de l’hameçon plutôt que de réaliser une belle tête en fil que l’on finit par vernir ou coller.

Cependant, abuser de ce montage finit par devenir risqué lorsque l’on se retrouve en action de pêche. Depuis qu’ils sont bombardés par ces imitations, ombres et truites finissent parfois par ne plus percevoir ce petit éclat brillant comme une proie à saisir mais plutôt comme un signal de danger. Si encore aujourd’hui, de nombreux poissons vont se laisser attirer et se faire piéger par cet artifice, d’autres en revanche vont filer à toute allure vers leur cache ou les eaux profondes à l’arrivée de cet intrus à l’allure bien trop clinquante. Cela peut facilement s’associer au réflexe de Pavlov, ce dernier décrivant deux types de réflexes. Les réflexes innés, déjà présents à la naissance, et les réflexes conditionnels que l’on acquiert avec l’apprentissage.SEDGE NYMPHE
Même si les truites et les ombres continueront de venir se saisir de nos nymphes artificielles faites de plumes et de poils, il n’empêche qu’ils développent au fil des jours, une solide expérience pour certains et finissent par ne plus se laisser duper par des stratagèmes bien trop employés par les pêcheurs. Comme le chien qui salive en entendant une sonnerie lui annonçant l’arrivée de la gamelle, les poissons déjà attirés plusieurs fois par les billes brillantes vont finir par avoir un réflexe conditionné mais pour fuir la « gamelle ».
Je ne saurai donc vous recommander de diversifier vos montages afin d’éviter une belle désillusion en voyant fuir comme un missile cette belle truite si bien approchée et pêchée avec un poser exemplaire de discrétion, de précision et de délicatesse.
Employer des mouches que les autres pêcheurs n’ont pas dans leur boîte est très souvent une source de réussite ! Alors, à vos étaux …

Hervé Thomas
Editions Fil de pêche