Découverte

13 avril 2010

64 - Pyrénées-Atlantiques

Nive de Baïgorry

christophe douziech

En cette fin de matinée, le soleil règne. L’endroit est superbe, une courbe profonde où l’oeil ne peut discerner les fonds. En aval, c’est la fin du gour, ses pierres blondes et bleues. Un faisceau d’arbres idéalement situé me permet la dissimulation et l’observation des lieux, de cette eau opalescente que le regard peine à quitter. Soudain, échappée d’un bas-relief d’un temple du pays d’Akkad ou de Sumer, une brebis superbe apparaît sur la berge opposée. Toison trainant sur les cailloux, cornes délicieuses, elle me regarde, sa tête noire levée avant de se désaltérer. Mes yeux se détournent, dans la ligne de débris flottants, un poisson est monté sans bruit. Il est là, sous ce fil nourricier, dédaignant les ailes dressées qui dérivent de plus en plus nombreuses, s’emparant dans la pellicule d’éléments que je ne peux voir. La truite devient de plus en plus active, je lui propose l’oreille de lièvre qui m’ a bien aidé jusqu’alors. Le fil s’est tendu, était-ce le remous de bordure ou bien le poisson? Quel âne… Attendre, la laisser soulever la surface de nouveau. Des arbres, je la voyais parfaitement mais ici, assis de biais dans des racines, ce n’est plus la même musique. Elle s’est remise à table; une deuxième chance… Une autre nymphette de surface fixée et lancée en amont. L’eau se brise à quelques mètres, une bulle, la ligne se tend, l’hameçon a pris. En la décrochant, je constate qu’elle a été prise par deux fois déjà. Si tous les pêcheurs rencontrés au bord de cette nive faisaient de même…

Ailleurs dans le site

Actualité 14 juin 2024

Fabriquer votre panier de lancer

Actualité 4 juin 2024

Nouvelle saison à Malaguet

Forum