Pêche Mouche

Calicoba à la mouche

7 juillet 2003

En ces temps de canicule et de sécheresse il est raisonnable de laisser nos truites et ombres se reposer. Là ou la pêche n’est pas ferméee, elle est difficile : quelle bonne idée que de se consacrer à des poissons un petit peu originaux !

C’est ce que vous propose Patpeche avec ce petit article sur la pêche du calicoba (ou perche soleil) à la mouche. Idéal par temps de canicule, une pêche facile : pêche d’été, pêche de gosse.

C’est l’été, la canicule fait rage et vous avez ( à juste titre ) décidé de laisser tranquilles truites et ombres . Entre l’arrivée de l’étape du Tour de France et l’apéro vous avez deux heures à  » tuer  » . Voici ce que je vous propose : Je suis un  » fana  » de la pêche de l’ombre ou de la truite , mais une de mes lubies consiste à capturer ( tout au moins essayer ) toutes les espèces de poissons à la mouche . Je n’entrerai ici dans aucun débat et dirai que j’appelle pêche à la mouche la pêche avec une canne à mouche en fouettant pour propulser une mouche (au sens large).

Vous connaissez tous le Calicoba , introduit des USA à la fin du 19ème siècle plus connu sous le nom de perche-soleil , que l’on appelle aussi tout simplement soleil . Je vous propose donc de partir à sa rencontre.
Ce poisson est très présent dans les eaux closes, c’est donc vers les étangs et plans d’eau qu’il faudra vous diriger pour aller à sa recherche . Il est très facile à repérer, car il ne se trouve jamais loin du bord .

Le matériel

Perche soleil ou calicobaLe plus simple possible ; une canne , une soie et un bas de ligne d’un seul tenant en 14 centièmes que j’agrémente d’un petit morceau de fil fluo attaché par un nœud du pendu ce qui permet de faire coulisser et régler aisément cet indicateur . Les mouches : bien qu’il ne dédaigne pas pointer son nez à la surface pour un gobage et dans ce cas-là un cul-de-canard fait l’affaire , c’est en nymphe que l’on a le plus de chance de capture . Vu la voracité de l’animal, le modèle importe peu , toutefois, le  » signal danger  » est très vite perçu par les poissons et après quelques ratés ou captures il convient de changer de mouche pour ,à nouveau, pouvoir leurrer les poissons.

 

A noter que les nymphes à faible pouvoir d’immersion sont très souvent prises au cours de leur lente descente et il n’est pas rare de voir des poissons se déplacer de plusieurs mètres pour happer votre mouche. La pêche : Selon l’endroit on pratique en nymphe à vue ou on surveille l’indicateur pour repérer les touches . Ce n’est pas une pêche aussi simple qu’il y paraît pour autant ; si le poisson se jette goulûment sur l’imitation que vous lui proposez, il la recrache aussi vite et votre ferrage ne souffrira aucun retard sous peine d’être effectué dans le vide.

L’intérêt de la pêche de ce poisson ? Permettre une sortie mouche lorsque les conditions ne sont pas favorables , s’entraîner en nymphe à vue ou au fil lorsque l’on est dans une région où les eaux ne sont pas cristallines ( c’est particulièrement vrai en Limousin ) et si vous avez envie de transmettre le virus à vos gamins voici une pêche plaisante avec des touches nombreuses . Ceux qui ont fait leurs premières armes en capturant des vairons avec une canne en  » noisetière  » me comprendront. Attention cependant lorsque vous décrochez vos prises, l’épine dorsale est particulièrement piquante et la manipulation des poissons demande quelques précautions. Bonnes vacances à tous!

Auteur: Patpeche

Dans le même thème

Actualité 24 août 2007

La pêche à vue en réservoir

Actualité 20 décembre 2013

Pêche en nymphe à vue

Actualité 19 juin 2001

Pêche de l’alose à la mouche

Actualité 20 décembre 2011

Formules bas de ligne brochet